0 Panier
0 Ajouter tous les produits retournés au panier Renversé
05.07.2024

Le Canada n'a plus de munitions,

sans plan de rechargement : le général à la retraite Andrew Leslie

"Les hommes et les femmes en uniforme ne voient aucune preuve tangible que le gouvernement fédéral s'efforce de leur fournir les capacités dont ils ont besoin pour mieux défendre les Canadiens", déclare le général de corps d'armée (à la retraite) Andrew Leslie.

Tandis que le Canada mène des études pour déterminer comment relancer sa production nationale de munitions militaires, nos alliés vont résolument de l'avant, modernisent leurs installations de munitions et augmentent leur production pour soutenir l'Ukraine.

Aux États-Unis, le Pentagone a engagé 6 milliards de dollars dans cet effort d'autosuffisance en matière de production de munitions essentielles. En l'espace d'un an seulement - en combinant la technologie turque avec le leadership et l'innovation de General Dynamics - les Américains ont construit une nouvelle usine de munitions à Mesquite, au Texas, qui produira de 30 000 à 40 000 cartouches par mois. Pendant ce temps, Bill Blair, le ministre canadien de la défense nationale, a promis 4,4 millions de dollars à trois fabricants de munitions canadiens en mars dernier, afin de rechercher et d'affiner les processus de conception et de production de munitions de 155 millimètres conformes aux normes de l'OTAN au Canada.

"Le gouvernement libéral considère les dépenses de défense comme discrétionnaires", conclut le général de corps d'armée (retraité) Andrew Leslie.

Ces propos sont ceux d'un vétéran de 35 ans des Forces armées canadiennes (FAC), ancien chef d'état-major de l'armée canadienne et ancien député libéral sous le Premier ministre Justin Trudeau. Ceci, de la part d'un artilleur qui sait à quoi ressemble le combat sur le champ de bataille et d'un ancien politicien qui connaît le terrain périlleux des guerres budgétaires à Ottawa.

Suivez l'argent, dit-il : "Ils (le gouvernement libéral fédéral) pensent qu'il y a toute une série de besoins de financement sociétaux, allant de l'augmentation des soins de santé aux garderies, en passant par les petits-déjeuners pour les enfants à l'école - et un éventail déconcertant d'allocations de fonds à des boutiques pour répondre à des initiatives sensibles à l'électorat. Et la défense vient après tout cela".

"Ils l'ont fait aussi dans ce dernier budget, n'est-ce pas ?" poursuit Andrew. Ils ont promis de dépenser beaucoup d'argent, à l'avenir, pour renforcer la préparation militaire.

https://nationalpost.com/news/canada-has-run-out-of-ammo